Megève - N°151 - Février/Mars 2020

Remontées mécaniques : grève ou pas grève ? / En bref

À l’heure où nous bouclons ces lignes, les remontées mécaniques de la station étaient sous la menace d’un débrayage pour la journée du 15 février, en pleines vacances scolaires, qui plus est sur le créneau le plus chargé, celui des Parisiens. Un préavis de grève a en effet été déposé dans plusieurs stations par la CGT pour dénoncer la réforme des retraites et les nouveaux modes de calcul des allocations chômage, mesures qui impactent encore davantage les saisonniers, qui pourraient perdre, selon la CGT, entre 30 et 60 % d’indemnisation. Les délégués syndicaux sont allés à la rencontre du secrétaire d’État au tourisme Jean-Baptiste Lemoine, lors du salon Grand ski courant janvier à Chambéry. Ils lui ont demandé de relayer la cause des saisonniers [NDLR : en Haute-Savoie ils sont environ 40 000, dans tous les registres, remontées, restauration, hôtellerie, etc.] auprès du ministre du Travail. Reste à savoir s’ils seront entendus et s’ils arriveront à mobiliser suffisamment de personnels rattachés aux pistes afin d’entraver la bonne marche des domaines skiables. Megève fait partie des stations sous la menace de cette grève, tout comme Flaine, Courchevel, Les Arcs ou encore, La Plagne.


En bref

Si tout va bien, l’Hôtel du Paddock, situé à deux pas du Palais, devrait ouvrir ses portes pour les prochaines vacances de Noël. Le chantier, qui a connu quelques aléas, a pris du retard mais les conditions climatiques clémentes de cet hiver ont permis aux équipes de booster quelque peu la construction, sur laquelle flottera le drapeau du groupe Accor-Novotel.

Lors de sa venue au village pour présenter son troisième long métrage, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part (inspiré du roman éponyme d’Anna Gavalda), Arnaud Viard en a profité pour annoncer qu’il préparait un film sur Megève. Le projet n’en est pour l’heure qu’aux balbutiements mais le réalisateur a indiqué qu’il s’agirait d’un hommage à la nature et aussi aux relations entre les pères et leurs enfants. Pour rappel, le metteur en scène a des attaches familiales très fortes avec Megève. Son grand-père n’est autre que Charles Viard, le fondateur du téléphérique de Rochebrune.

Le casino nouveau est arrivé ! Baptisé le « Stelsia Casino Megève », il a rouvert ses portes début décembre avec, outre les jeux traditionnels, un parc de machines électroniques flambant neuf. L’établissement dispose d’un night-club, le « Rendez-vous », mais aussi d’un « Gallery Bar », qui permettra à des artistes de tout bord et de toutes provenances d’exposer leurs œuvres. L’offre est complétée par « Les Voiles » (dont Megève est la 2e enseigne après Genève), un bar-restaurant, qui se veut également plus festif en fonction des périodes de la journée (après-ski ou soirées).

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°150
Décembre/Janvier 2019

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous